jeudi 11 janvier 2018

Pardonne-lui, Jodi Picoult


Une histoire bouleversante



Sage Singer, jeune femme solidaire, travaille la nuit en tant que boulangère et dort la journée. Son unique amie est sa patronne, une ancienne bonne-sœur. Malgré cette solitude, Sage participe toutes les semaines à un groupe de soutien où elle rencontre Josef, un vieil homme de plus de quatre-vingt-dix ans. Tous les deux deviennent peu à peu amis jusqu'au jour où Josef fait une demande particulière. Après avoir révélé son secret à la jeune femme, il lui demande de le tuer. 
Bouleversée par cette révélation, Sage refuse de croire que son ami était un ancien nazi. Mais il apporte des preuves et commence à raconter son histoire tandis qu'elle, de son côté, contacte le service du FBI chargé de retrouver les anciens partisans au régime d'Hitler.  


 Dans la crainte, que ce résumé ne vous donne pas envie de lire ce livre, sachez plusieurs petits éléments. 

Tout d'abord, sachez que cette histoire vous surprendra. Quand vous pensez avoir deviné un détail, vous avez tout faux. Quand vous pensez qu'il va se passer quelque chose, vous vous trompez. Jodi Picoult n'emprunte pas les sentiers connus. 

        Sachez aussi que ce récit ne vous ennuiera point mais vous bouleversera. 
Nous suivons plusieurs histoires. Mais tandis que dans certains livres, nous lisons des passages en diagonale pour arriver à la partie racontée par notre personnage préféré, cela ne fut pas le cas pour moi dans cette lecture. J’ai lu sans précipitation chacune des parties. La plus intense est la plus bouleversante est racontée par la grand-mère de Sage, une juive polonaise qui nous emmène dans le ghetto de Lodz jusqu’au camp d’Auschwitz... 

      Sachez aussi que Pardonne-lui évite les clichés et les banalités. Le seul petit défaut de ce livre, c'est une histoire d'amour dont nous aurions pu nous passer. Mais cette dernière est secondaire et la romance contrairement à ce que pourrait laisser présager la couverture, n'est pas le sujet de ce roman. 

    Sachez aussi que les mots de l’auteurs ne sont ni culpabilisants, ni moralisateurs. C’est à nous lecteurs de nous forger notre propre opinion sur le pardon et sur la culpabilité des Hommes. Nous prenons une fois de plus conscience que notre monde n’est pas blanc ou noir, mais plutôt un mélange des deux. Cette réflexion est une des forces du récit. Le roman ne nous nous indique pas une conduite à adopter, il nous laisse le choix tout en nous livrant avec justesse et talent une triste page de l’humanité. La notion de bourreau est abordée avec maîtrise ! 


L’écriture est parfaite. Le découpage est ingénieux et attractif. L’histoire racontée par Jodi Picoult nous amène avec adresse dans une histoire bouleversante qui ne laisse personne indemne. Ni les personnages, ni le lecteur. 


C'est un coup de coeur. 
Vous l'avez-vu ?