Toute la lumière que nous ne pouvons pas voir de Anthony Doerr

Afficher l'image d'origine
Après ma longue chronique sur Le sel de nos larmes, je vous propose une petite chronique sur Toute la lumière que nous ne pouvons pas voir de Anthony Doerr.


J'ai découvert ce roman en papotant avec Johanna du blog Les femmes qui lisent sont dangereuses. J'ai été agréablement surprise. Je ne connaissais pas du tout l'auteur, pas même de nom. Anthony Doerr amène avec facilité le lecteur à Paris, à Saint Malo et en Allemagne en pleine Seconde Guerre mondiale. Nous suivons deux destins, celui de la jeune et aveugle française Marie-Laure et celui du jeune orphelin allemand, Werner. Deux destins totalement opposés mais dont le destin bascule à cause de la guerre. Werner, passionné par les radios et les inventions, intègre les Jeunesses Hitlériennes, tandis que la jeune Marie-laure est contrainte de se réfugier chez le vieil oncle de son père à Saint-Malo. L'adorable papa de Marie-Laure travaillait au Muséum d'Histoire naturelle à Paris. Pour éviter que les Allemands ne s'en emparent, le Muséum lui a confié un joyau rare, la copie d'un diamant ayant appartenu à la famille royale de France, sans savoir qu'il s'agit en réalité de l'original. Les deux Parisiens fuient ainsi la capitale avec dans leur poche, un diamant que l'on soupçonne d'être maudit...

Le roman est partagé entre le passé et 1944. Les chapitres nous amènent progressivement à comprendre pourquoi Marie-Laure et Werner se retrouvent dans de telles situations en 1944. Ainsi, les chapitres se lisent très vite.

Nous, petits lecteurs sommes ainsi plongés, dans la vie quotidienne des Français sous l'occupation, dans la vie de deux orphelins, dans une école des Jeunesses Hitlériennes. Entre résistance, prise de conscience, diamant caché, maladie, amour, disparition, arrestation, dénonciation... Nous n'avons pas le temps de nous ennuyer. Le tout est écrit d'une manière poétique très agréable à lire.

J'ai eu un gros coup de cœur pour le papa de Marie-Laure et pour les maquettes qu'il crée pour sa fille afin qu'elle puisse se repérer dans les villes de Paris et de Saint-Malo.


Un roman surprenant, beau et passionnant. Des personnages attachants. Une magnifique lecture. 

Commentaires

  1. J'adoooore le papa de Marie-Laure, je crois que c'est l'un de mes personnages préférés (pour l'instant) :)

    RépondreSupprimer
  2. Il a l'air sympa ce bouquin ma foi :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Point final, William Lafleur

Bertrand et Lola et Lola ou l'apprentissage du bonheur, Angélique Barberat

Nos étoiles Contraires de John Green.