Mauvais fils, Raphaële Frier

Bonjour, bonjour ! (J'espère que tout le monde va bien ). 

Si je devais décrire ce roman en trois mots uniquement? Vrai. Poignant. Efficace. 

Ce roman parle de l'homosexualité, mais ne nous arrêtons pas à ce thème-là. Selon moi, Mauvais fils c'est surtout un roman sur la famille et plus précisément une histoire sur la relation enfant/parents. Mauvais Fils c'est l'histoire d'un jeune adolescent, qui ne se sent pas à sa place dans sa propre famille. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il ne veut pas suivre le chemin tracé par ses parents, du moins surtout celui voulu par son père. Mais parce qu'il aime ses parents et qu'il ne veut pas les décevoir il cache ses désirs, ses souhaits et tente d'être quelqu'un qu'il n'est pas. Cette stratégie ne lui rapporte au final que du malheur. Ghislain cache du coup son homosexualité à ses parents pourtant il n'en pas honte. Il l'assume même plutôt bien pour quelqu'un d'aussi jeune. Il a seulement peur une fois de plus de décevoir ses parents, d'être le mauvais fils quoi... Mais les efforts du jeune garçon sont vains puisqu'un jour, son secret est dévoilé et ce qu'il redoutait se produit. Son père le met à la porte. J'ai trouvé la réaction du père tellement mais tellement horrible. Je ne la comprends tout simplement pas. Celle de sa mère est délicate et douloureuse à comprendre. L'auteur relate ici, une situation que trop actuelle... Avec Mauvais Fils, l'auteur dénonce les conséquences d'une pression familiale avec justesse et talent. Ce roman comporte que très peu de pages mais cela est suffisant pour faire réfléchir et pour livrer une merveilleuse leçon de courage, leçon portée par notre Ghislain. Et puis surtout, élément qui m'a le plus touché dans ce roman c'est le fait que l'auteure parvient à «dé-dramatiser» l'homosexualité et cela est quelque chose d'essentiel de nos jours selon moi. Après tout comme l'écrit l'auteur : « C'est vrai, ça change quoi que je sois avec un mec ? Pas de trousse à maquillage pas de petit panier remplit de barrettes ou de bijoux, on s'en fout non ? Ya quand même deux brosses à dents dans le même verre, y a deux oreillers sur le lit, deux pointures de chaussures, pourquoi on n'appellerait pas ça un couple aussi ? »

Mauvais Fils aurait sa place parmi les classiques de la littérature jeunesse. Cela est certain. Il d'ailleurs soutenu par Amnesty International.

Un grand, grand merci à la Librairie Marbot de Périgueux pour cette découverte. 

Que lisez-vous en ce moment ? :)



Commentaires

  1. Parfaitement le genre de contemporain qui peut me plaire de part les thèmes qu'il aborde. Je pense que c'est important de le lire. Et c'est ce que je compte faire :)

    RépondreSupprimer
  2. Pfouah !! Ça a l'air d'être une sacrée claque ma foi :) Je me le note dans un coin :)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai très envie de le lire, merci pour ton avis!

    RépondreSupprimer
  4. Wowww soutenu par Amnesty International, ça a l'air fort comme livre!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Point final, William Lafleur

Ces personnages qui dérangent...

Bertrand et Lola et Lola ou l'apprentissage du bonheur, Angélique Barberat