Delirium.

16 Euros. 
456 pages ( Pas assez à mon gout :) )

Je ne m'attendais vraiment pas a être autant charmé, ébloui et bluffé par Delirium. Je me suis enfin lancée dans cette saga, après en avoir entendu que de bonnes critiques. Désormais, je regrette d'avoir mis autant de temps à me plonger dans cet univers impitoyable. Parce que oui, le monde dans lequel vit notre héroïne Léna, est horrible.
 Comment pouvons-nous imposer à tous, de renoncer à ce sentiment que l'on connaît tous, l'amour ? Effectivement, dans le monde de Léna, le gouvernement oblige toute la population à subir  Le Protocole, afin de les immuniser contre l'amour, considéré comme la pire et la plus redoutable des maladies. Dés leur majorité, tout le monde doit subir cette « opération », ils seront à la suite appariés à un mari ou à une épouse choisis par le gouvernement, ils seront dénués de tout sentiment. Léna, depuis toute petite n'attend qu'une chose, son Protocole, afin de se libérer de toute souffrance.
Pour elle, le Protocole signifie, bonheur alors que l'amour n'est que souffrance. Seulement, sa rencontre avec un jeune homme va progressivement changer sa vision du monde...

Léna est ancrée dans son Monde, elle croit dur comme fer à ce que disent sa famille et le gouvernement. Pour elle, tous les interdits, toutes les surveillances et le Protocole, sont là pour la protéger. Rien ne peut lui arriver. On s’aperçoit ici, avec quelle force l'état a su persuader la population de ses propos. Et j'ai trouvé cela très injuste... C'est impressionnant à quel point les personnes sont persuadés du bien que leur veut l'état, alors qu'en réalité, ils renoncent au vrai bonheur. Délirium, c'est un univers bien à part, dans lequel on pénètre avec une grande, très grande facilité. Cet univers,  m'a bouleversé, j'ai eu le cœur serré très souvent dans ma lecture.
Lauren Oliver, imagine son histoire dans un espace réel. C'est l'Amérique, c'est Portland. Se mélangent ainsi si bien le réel et  la fiction, que l'on se prend au jeu
J'ai beaucoup aimé Léna, c'est une fille courageuse malgré sa peur du monde. Elle est perdue, et croit en ce qu'on lui a enseigné depuis son plus jeune âge. Elle ne veut pas que son monde change, mais l'amour et l'amitié vont lui faire prendre conscience de nombreuses choses, et notamment de la cruauté de son univers. C'est une jeune adolescente, pleine de vie, j'ai aimé son tempérament, son caractère et sa sensibilité. Léna m'a charmé, j'ai compris ses réticences, ses craintes, ses peurs et ses sentiments. 
Aux côtés de Léna, nous rencontrons Alex, ce jeune et mystérieux garçon. Alex est subjuguant, intrépide et adorable. Il m'a surprise, émue et fait rire aussi. 
Leur histoire d'amour est MAGNIFIQUE. Elle est si belle mais si dangereuse à la fois, qu'elle nous donne des palpitations, nous émerveille, et surtout nous fait espérer. Rêver. 
Hanna, la meilleure amie de notre héroïne est, belle, intelligente un peu rebelle et gentille. 
Toutes  deux s'aiment comme des sœurs. Leur amitié est vraie. Leur amitié est sincère et profonde.
Dès les premières lignes, j'ai su que j'allais adorer Hanna, et je ne me suis pas trompée. Elle apporte une touche de bonheur.  La petite Gracie, est certes discrète mais c'est un personnage que l'on ne peut pas oublier. 

Délirium, c'est une vague de sentiments qui nous envahit dès les premières lignes, mais c'est aussi une histoire faite de secrets, de mystères et d'action. Lauren Oliver, créée un tel suspense qu'il m'a été très difficile même impossible parfois de m’arrêter de lire. Les pages se tournent sans que l'on s'en aperçoive. Ce roman est attractif, on veut savoir la suite. On le lit le sourire aux lèvres  la boule au ventre, avec colère ou encore les larmes aux yeux. Delirium nous en met pleins les yeux et c'est un régal. 
Lauren Oliver, est devenue un des mes auteurs préférés désormais. 
Après avoir lu « Le dernier jour de ma vie », j'ai peur de ce qui peut arriver aux personnages qui sont désormais devenus mes amis. Mais même si je suis déçue de la suite, même si je n'aime pas le sort que Lauren Oliver leur réserve, Delirium restera dans ma tête et surtout dans mon cœur.
Délirium m'a conquise au plus profond de moi.
Merci à Lauren Oliver, pour m'avoir fait vivre un tel moment en lisant ce livre. 
Merci aussi à Black Moon <3.
Ps : La fin de premier tome est.... <3 

Commentaires

  1. Wouah, très jolie chronique ! On voit que tu as aimé :)
    La romance me fait un peu du coup, mais bien envie de tester la VO, puis ton avis me donne envie d'avoir aussi un coup de coeur ^^

    A bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut le lire absolument :) ! Et je pense qu'en VO, c'est encore mieux.

      Et Merci :)

      Supprimer
  2. Belle chronique. Ça fait vraiment longtemps que ce tome est dans ma pile. Il va falloir que je l'en soirte bientôt, même si j'ai plein de lectures prioritaires avant :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lis le très vite, tu ne seras absolument pas déçue :)

      Supprimer
  3. Très belle chronique ♥ Un achat que tu ne regretteras pas du coup ! (en plus c'était le dernier sur le salon non ? ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, au début ils m'ont dit qu'il ne l'avait plus et ensuite ils l'ont retrouvé, pour mon plus grand bonheur :) !

      Supprimer
  4. Je suis contente que est aussi bien aimé

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai dans ma PAL,
    Ta chronique me pousse à le sortir de là !! :)
    Une de mes très prochaines lectures, merci :p

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ces personnages qui dérangent...

Angélique Barberat : Fêtons ensemble la sortie de son nouveau roman ! ( Concours, Interview & cotillons)

Il est quatre fois Noël, Premier billet.