Endgame, l'Appel. James Frey et Nils Johnson-Shelton

19 Euros
544 pages.
 
 
Imaginez qu'aux quatre coins de la planète, 12 personnes ont été choisi afin de sauver l'humanité. Mais attention, pas toute l'humanité, seule une une partie. Les personnes survivantes seront celles de la lignée du joueur vainqueur. Un seul joueur survivra et pour cela il devra résoudre des énigmes et surtout tuer...
Alors que je commençais ce roman avec une certaine appréhension, je n'ai qu'une chose à dire après l'avoir achevé... WAOOO.
Je ne m'attendais pas à une telle cavalcade d'aventures, de combats, d'énigmes, d'émotions et de personnages, et bien qu'il est difficile de se repérer au début avec ses 12 protagonistes, ayant presque tous un nom à coucher dehors, ce mélange m'a comblé. Aux côtés d'Alice, de Sarah, de Jalo, de Ian, nous n'avons vraiment pas une seule seconde de répit. Cela va dans tous les sens, on est toujours sur le qui-vive. Le suspense est parfait, il attise notre curiosité si bien que les pages se tournent toutes seules.
Et puis, les personnages sont vraiment bien travaillés. Leur mentale est tellement poussé à l'extrême que certains sont de vrais psychopathes. On voit que les auteurs ont pris plaisir à créer des personnages complexes . C'est un régal, nous avons une panoplie de caractères tous différents, mais chacun possède le même but, gagner. Gagner pour soi-même, par fierté ou pour sauver les gens qu'ils aiment. Endgame, est leur guerre, leur bataille, et cela engendre des alliances qu'ils n'auraient jusque là sûrement jamais pu imaginer. Alors que certains parviennent à devenir amis, d'autres prennent plaisir à s’entre-tuer. On ne peut se fier à aucun de ses joueurs sur-entraînés, ce sont des guerriers redoutables.
Certains attendaient Endgame avec impatience, alors que d'autres espéraient pouvoir y échapper. Mais une fois l'appel lancé, ils n'ont plus le choix, ils doivent tout quitter et jouer jusqu'à leur mort. Endgame est une véritable machination divine faite pour punir les humains indignes de ce que les dieux leur ont offert il y a des millénaires. L'histoire est tellement ancrée dans notre monde, dans notre univers, que l'on vient souvent à se demander, Et si c'était vrai ? Et si notre survie dépendait d'une douzaine de jeunes ?
Endgame ce n'est pas seulement une course-poursuite faite de sang, c'est aussi une grande énigme. Chaque joueur possède sa propre énigme mais la clé est la même pour tous. Une série de chiffres, une image... Ils sont les pantins des Dieux. Leur destiné ne leur appartient plus. Et j'ai adoré.
Outre le fait que les joueurs doivent s’entre-tuer pour gagner, Endgame ne ressemble absolument pas à la – fabuleuse- saga d'Hunger Games. Ici, nous n'avons pas un héros, mais plusieurs. C'est vraiment très intéressant et diversifiant de suivre plusieurs personnes mais au début on s'en mêle un peu ( beaucoup ) les pinceaux. Mais, très vite, j'ai eu un coup de cœur pour certains personnages, comme Shari et Sarah. Chaque chapitre est consacré à l'un des personnages. On suit leurs aventures à travers presque toute la planète, un coup en Chine, un coup en Turquie, un coup en Italie... Bref, les auteurs nous font voyager. Cela renforce l'effet page turner du roman. Il se passe quelque chose de nouveau presque à chaque chapitre. Et l'histoire commence réellement sur les chapeaux de roues, on est de suite confronté à l'horreur de ce jeu et à la cruauté de certains joueurs. Mais face à cette cruauté, certains font preuve d'amitié, de solidarités et d'un énorme courage. À leur manière, ils sont tous courageux, même les plus psychopathes d'entre eux.
Puis l'amour est présent, que ce soit l'amour d'une famille, ou d'un homme ou d'une femme. L'amour de la vie aussi, et même l'amour de la mort pour d'autres. Le roman va crescendo pour finir par une fin surprenante, triste, palpitante et horrible. C'est impossible de ne pas vouloir se jeter sur la suite après avoir lu cette fin-là. Tellement de questions se bousculent encore dans notre tête, même si quelques réponses se dessinent furtivement.
Endgame, est addictif et terriblement bien mené. C'est une lecture qui se vit. Une lecture stressante, horrible et sensible par moments. Devenez joueur ! Lisez le !
Un grand merci à Gallimard jeunesse pour ce nouvel envoie !

Commentaires

  1. J'ai bien envie de le découvrir surtout après avoir lu ta chronique très enthousiaste

    RépondreSupprimer
  2. super chronique! tu me donne encore plus envie de sortir ce livre de ma chronique!

    RépondreSupprimer
  3. C'est ma lecture en cours et je n'ai lu que 50 pages et j'avoue avoir un peu de mal avec tous les protagonistes que je vais quand même mélanger ^^ Je comptais l'abandonner mais ta chronique m'a donné envie de le continuer :) Donc merci !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Point final, William Lafleur

Bertrand et Lola et Lola ou l'apprentissage du bonheur, Angélique Barberat

Nos étoiles Contraires de John Green.